mercredi 1 février 2012

0056 - Le Pourfendeur #01

Amiral du Pourfendeur - Ce chasseur en a dans le ventre ! Il s'arrêtera donc jamais ! Mais ou va t'il ?
Second - J'essaie de le contacter à nouveau mais rien, il ne répond pas.
Amiral du Pourfendeur - Restons loin derrière mais continuons de le suivre !
Ici le pourfendeur : Une flotte d'insectohom est détectée.
Amiral du Pourfendeur  - La raclure de l'univers en a après nous ! Quelle est leur distance ?
Ici le pourfendeur : Il sont encore loin mais d'après leurs vitesse, nous sommes sur leur route.
Amiral du Pourfendeur - Hum.. Nous allons nous faire percuter si nous restons là ! De plus nous ne pouvons pas nous permettre de perdre le signal de la balise du chasseur. Tiens d'ailleurs, il se pourrait bien que ces insectohom en ai après lui.
Second - Cela expliquerait bien des choses ! Cependant, si nous continuons à suivre le chasseur, nous allons nous retrouver entre deux... Même en ralentissant, nous resterons sur la trajectoire des insectohom... J'ai du mal à comprendre la mission du chasseur, nous risquons de la mettre en danger. Nous pouvons pièger nos arrières avec des mines ?
Amiral du Pourfendeur - Hum, ce chasseur appartient à la flotte d'Owan. Ce ne sont pas les plus mauvais niveau stratégie de combat. Détruire les insectohoms pourrait être une erreur de notre part. Tout est envisageable. Il se pourrait bien que ce vaisseau soit un leurre qui détourne ou amène ses cibles à un point précis, par exemple en embuscade.
Second - Là, le seul exemple qui me vienne, c'est en embuscade sur nous ?
Amiral du Pourfendeur - Tu suggères que tout ce qui se passe n'est pas lié au hasard ?
Second - Amener une telle menace sur nous et nous obliger à la combatte à leur place ! Les armées Owannienne n'ont vraiment aucun sens moral !
Amiral du Pourfendeur  - Cela pourrait être considéré comme une traitrise !
Ici le pourfendeur : Le bio-ship des insectohom demande une transmission vidéo.
Colonel Viril des insectohom - Vous devez vous assouvir ou mourir ! Je vous laisse le choix !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire